Au départ, je devais revenir par ici après les fêtes de Noël. Partager quelques photos, quelques anecdotes. Un retour léger et sans prise de tête.

Et puis…

Et puis le sombre s’est abattu sur nos coeurs. Nous avons tous été ébranlés. Nous avons tous eu nos coeurs serrés et nos âmes en peine. Abasourdis d’abord, en colère ensuite puis révoltés.

Nous avons tous été (et je l’espère sommes tous) des Charlies. On nous a rappelé si brutalement ces valeurs que nous avions ancrées en chacun d’entre nous. Des mots qui nous accompagnent depuis les premiers bancs de l’école, des mots qui nous suivent partout mais que nous avions presque oubliés, ignorés parfois. « Liberté, Egalité, Fraternité ». 3 mots sur lesquels notre nation s’est construite. 3 mots qui ont pris tout leur sens la semaine dernière et que nous avons jetés à la tronche de l’intégrisme et de l’obscurantisme.

J’ai la chance que mon petit bonhomme soit trop petit pour comprendre ou même entendre ce qu’il s’est passé. Nous avons pris soin d’éteindre la radio et la télévision en sa présence. Nous ne parlions des évènements qu’à demi-mots pour le préserver. Certains d’entre vous ont dû expliquer à leur petit que des gens en ont tué d’autres parce qu’ils n’aimaient pas leurs dessins. Comment un petit bouchon peut-il comprendre quelque chose d’aussi absurde ?

Et bien que face à cette évidence que l’Homme est capable du pire, je n’ai pas peur pour autant. J’ai eu peur pour ces pauvres gens pris en otage. J’ai eu peur pour les hommes et ses femmes qui ont tout mis en oeuvre pour mettre fin à ces horreurs. Mais pour l’avenir de mon fils non, je n’ai pas peur. J’ai lu tant de commentaires sur les réseaux sociaux de gens qui avaient peur pour leurs enfants. Et je comprends d’où vient cette peur. Mais non, je n’ai pas peur. Je refuse d’avoir peur. Et puis, devant un tel soulèvement populaire, face à tel élan de solidarité, de paix, d’amour de son prochain, je ne peux pas avoir peur pour l’avenir de mon fils.

Oui mais maintenant ? Qu’est-ce qu’on fait ?

On ne peut pas se dire qu’on tourne la page, inconcevable, après un tel soulèvement national, une telle mobilisation de ce qui fait de mieux chez les peuples, on ne peut pas revenir à nos futilités si ?

Et en même temps la vie continue…

Et vous ?

Posted by:Omacandco

Laissez-moi un petit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s