Site icon Les petits papiers…

Maman \ « On va devoir vous opérer »

Il était 17h30 quand le diagnostic a été posé. Ça faisait 6h que j’étais aux urgences. 2h plus tard j’étais au bloc.

Ces mots de l’interne en chirurgie m’ont semblaient tellement surréalistes. J’entamais mon dernier mois de congé maternité et Jo et moi avions trouvé notre petite routine. Chaque jour passé avec elle devenait de plus en plus gai et l’arrivée des beaux jours promettait de chouettes journées ensemble.

« On va devoir vous opérer. C’est une appendicite. On vous opère ce soir. »

Mon bébé, je n’ai alors pensé qu’à mon bébé. L’allaitement, les nuits, être séparée de moi, ou plutôt moi d’elle… Comment allions nous faire ?

Bien sûr son papa allait tout prendre en charge. Il n’avait pas le choix. Et je ne doutais pas qu’il allait très bien s’en sortir. Mais comment allait répondre ce petit bébé à ce changement si soudain : le biberon.

Je n’ai pas eu le temps de penser à l’opération.

Depuis mon arrivée aux urgences, le personnel hospitalier a pris en compte que j’allaitais ma fille. Une fois le diagnostic posé, le sujet de l’allaitement était autant au centre des discussions avec l’anesthésiste, le chirurgien ou les infirmières que l’opération en elle-même.

L’angoisse de l’opération ne m’a saisi qu’une fois au bloc où je me suis mise à trembler comme une feuille. Autant dire que j’ai eu très peu de temps pour y penser.

L’opération s’est bien passée et j’ai vite été sur pieds. Elle n’a eu aucun impact sur mon allaitement et Joséphine a passé 2 jours à se faire chouchouter par son papa. Ces deux-là se sont découverts. Il en est au final sorti du bon de cette mésaventure. J’ai néanmoins l’impression de m’être fait voler une grosse semaine de mon congé maternité…

A bientôt <3

Quitter la version mobile