« Alors le petit deuxième, c’est pour quand ? »

Ah ne l’ai-je pas entendu cette question ?

Et n’ai-je pas eu tout autant de difficultés à y répondre.

Voyez-vous, aussi improbable que cela puisse paraître pour beaucoup (apparemment) et bien je ne sais pas. Je ne sais mais alors vraiment pas.

Et bien que la décision d’avoir un enfant se prenne à deux, permettez-moi ici de parler à la première personne. Parce que oui, il n’y a bien que moi qui sois si indécise.

Je ne sais vraiment pas. Je ne réponds pas aux questions de façon si évasive parce que je n’ai pas envie de vous répondre. Je ne cherche pas non plus à rester mystérieuse.

Non ce n’est pas une façon de vous rappeler que cela ne vous regarde pas.

Je ne sais vraiment pas.

« Mais Archie ne va pas rester fils unique tout de même ! »

Ouch… Le commentaire qui frappe en plein coeur. Celui-ci me laisse toujours K.O.

Dis comme ça forcément que j’ai envie de vous répondre « non bien sûr, je ne vais pas faire ce choix si égoïste et cruel que de ne pas donner à mon fils une fratrie, une identité, l’appartenance à une « vraie » famille…

Mais ce n’est pas aussi simple que ça.

« Mais tu as envie n’est-ce pas ? »

Je crois oui… Je n’ai pas l’impression que la boucle est bouclée.

« Alors tu attends quoi ? »

Et bien je ne sais pas. Je me répète n’est-ce pas ? C’est agaçant vous trouvez ? Imaginez un instant alors être à ma place. La place de la personne qui d’habitude est si certaine de ses choix, qui quand elle veut quelque chose, elle y dédie toute son énergie. Et imaginez ne pas savoir.

C’était pourtant si facile la première fois. De prendre la décision je veux dire. Nous voulions avoir un enfant. JE voulais tellement cet enfant. Et il est merveilleux.

Mais voyez-vous, cette fois, je ne sais pas. Je ne ressens pas cette urgence. Que des décisions raisonnées, des craintes, des élans aussi soudains que changeants.

Alors quand je réponds à toutes ces questions, j’essaie toujours de me justifier. Comme s’il était indispensable pour moi d’expliquer mes pensées les plus intimes. D’expliquer pourquoi notre famille ne correspond pas au schéma classique de la famille modèle et de ses deux enfants et leur 2 ans d’écart.

J’explique alors à demi-mots les difficultés de la première grossesse qui n’a pas été facile à vivre. Des séquelles d’un accouchement qui m’a endommagé la colonne.

Parfois je me donne comme excuse le travail. J’aime bien mon travail tel qu’il est maintenant.

D’autre fois, certains pensent que c’est parce que j’ai peur de me perdre de nouveau dans un corps qui ne m’appartient plus.

Et puis nous on se dit, parfois, qu’on est bien là, comme ça à trois. Sûrement qu’on serait mieux à quatre. Qui sait ?…

Alors non, je ne sais pas quand viendra le petit deuxième. Nous ne savons pas. Et c’est ainsi que nous répondrons à cette question, avec cette gêne dans le regard et ce sourire timide.

Mais nous savons que quand il sera là, nous serons tous les trois fiers, peu importe quand ce sera.

A bientôt <3

 

Posted by:Omacandco

10 replies on “Maman \ Et le petit deuxième alors ?

  1. J’ai eu les mêmes réflexions il y a quelque temps. Et pour nous c’est décidé : pas de troisième. Nous sommes bien comme nous sommes. Le petit pincement reste, mais je ne veux plus avoir à vivre les contraintes physiques d’une grossesse ou d’un accouchement. Mon dos est trop fragile.

  2. Tu as raison de prendre ton temps ! Sans pression, on est plus épanouies pour accueillir un petit qui arrivera quand le moment sera venu. Bises

  3. Ton post me touche odeline plus que de raison.
    Alix a été une enfant désirée quel bonheur de se savoir enceinte.
    La grossesse s’est bien passée et notre bébé assez facile à vivre.
    Oui mais en grandissant alix a été très en demande surtout de moi.
    Parfois, je l’avoue je l’ai mal vécu. Pourquoi m’appelle t elle? Et son père? Pour quoi elle a tant besoin de moi ? Bref j’ai du mal à faire passer mon enfant avant moi.
    Parfois ça va de soi parfois non…
    j’ai un peu honte de ce sentiment alors que je ne pourrai pas imaginer ma vie sans elle.
    Nous sommes une famille et heureux à 3.
    Je suis fille unique je ne souffrirai pas que ma fille soit dans la même situation car franchement je n’ai ps souffert être seule voire même j’ai sûrement eu une enfance plus heureuse que Seb qui a une sœur avec qui le courant passe difficilement.
    Nous n’en parlons ps bp et avec le déménagement sur marseille l’arrivée d’un bébé serait sûrement un tsunami.
    Bref, a 35 ans dans 15 jours je sais que nos chances de pouvoir devenir parents une nouvelle fois diminuent mais la question à laquelle il faudra répondre c’est : en a t on envie? Car je ne ferai pas de 2eme enfant pour alix, c’est un choix de vie et de couple avant tout 🙂 bises ma belle

  4. Même réflexion ici il y’a maintenant 2 ans… sur le principe, je répondais oui oui mais je n’avais aucune envie de retomber enceinte (ma 1ère grossesse ayant été très difficile). Le désir n’était pas aussi fort non plus même si comme toi, j’avais aussi le sentiment que la boucle n’était pas bouclée. Nous en avons discuté des heures durant mon mari et moi car lui avait vraiment envie d’un numéro 2 même s’il comprenait parfaitement mes blocages et me soutenait totalement. Du coup, j’ai fais le choix de laisser faire le destin. J’ai arrêté la pilule et je me suis donnée 10 mois, jusqu’à mon prochain anniversaire… je me suis dit que si je devais tomber enceinte et bien cela arriverait et puis voilà… je me suis sentie très apaisée… comme si ce n’était plus moi qui devait prendre la décision. Finalement 4 mois après je suis tombée enceinte. Nous avons vécu une grossesse à l’opposé de la 1ère. Un vrai bonheur jusqu’au bout. Notre petit Gustave a aujourd’hui 4 ans et demi et Ernestine vient de fêter ses 4 mois. Je suis très heureuse de la façon dont tout cela se termine. Mais honnêtement j’aurais pu renoncer à ce 2e enfant sans problème. Même si bien sûr aujourd’hui je suis complètement gaga de ma petite puce. En tout cas, quand aujourd’hui les gens m’interrogent sur le 3e (car oui ça continue après!), la réponse est clairement non. Ce chapitre est clos pour moi. Je veux finir sur cette expérience merveilleuse… bon courage à toi en tout cas…

Laisser un commentaire